Pourquoi philambule ?

Le mot Philambule est né de la contraction de deux mots : Philosophie et Funambule, rencontre de deux univers symbolisant la recherche d’équilibre entre le corps et l’esprit, le concret et l’abstrait ; la recherche d’un juste milieu entre les contraires et les différences.

Le corps et la pensée, l’un comme l’autre, ont besoin d’apprentissage et d’autonomie. Si nous donnons le temps de la suggérer, la pensée peut naître du corps lui-même, des sensations et des émotions, qui elles-mêmes peuvent s’affiner, se développer, se multiplier, être pensées, pour pouvoir être mieux comprises et exprimées, et faire avancer…

Philambule s’appuie sur l’idée selon laquelle les enfants (et les adultes) ressentent, sentent et réfléchissent aussi et peut-être avant tout avec leurs corps. Le but étant de renouer avec lui, avec les émotions, les sentiments, et les expériences de chacun tout en défendant l’importance de la raison, en incitant les enfants à prendre la parole et à réfléchir sur des sujets variés, qui peuvent être choisis ensemble.

Nous pensons que la philosophie, discipline transversale, n’est pas réservée à une élite mais un moyen réflexif démocratique d’accès à la connaissance ou aux connaissances, qui permettent d’atteindre une certaine sagesse et de promouvoir la paix, l’expression du vivre-ensemble. En ce sens, elle serait plutôt « élitaire pour tous » comme Antoine Vitez le formulait pour son travail théâtral ; c’est-à-dire qu’elle doit amener toute personne à se poser des questions, à lui donner envie de poursuivre le je-u de l’étonnement et de l’interrogation, la recherche de l’équilibre de chacun, autant avec soi-même, que dans sa relation à l’autre et au monde qui nous entoure.

Philambule rejoint le développement politique et social de l’égalité des chances en donnant la priorité à l’épanouissement de l’enfant à travers des parcours pédagogiques innovants et respectueux du développement de chacun, à sa mesure.

*

L’idée de créer l’association Philambule est apparue à travers des envies respectives et personnelles, de plusieurs personnes diplômées en philosophie et ayant des parcours autres que l’enseignement exclusif, d’amener la philosophie aux enfants, et inversement. En proposant et en organisant ces ateliers, elle veut aussi répondre aux nécessités politiques et sociales, notamment avec les réformes de l’Éducation Nationale, de repenser l’éducation dans son ensemble, non plus en terme strict de réussite mais en plaçant l’épanouissement de chaque individu au centre, condition pour le conduire à sa réussite et à son développement personnel au sein de la société.

Le projet éducatif global « Lille éduc’ » ou plus largement celui de Lille, Lomme, Hellemmes, place au centre des préoccupations de la cité : l’éducation, la lutte contre les inégalités et contre les déterminismes économiques et sociaux, et souhaite favoriser la réussite scolaire au même titre que l’épanouissement de chaque enfant « en tant qu’être à part entière, unique, doté de compétences spécifiques et de potentialités qui ne demandent qu’à être révélées ».

Mais comment se révéler à soi si l’enfant n’a pas le temps pour réfléchir à ce qu’il désire être ?

Lors d’ateliers de discussion à visée philosophique, Philambule propose aux enfants de réfléchir sur des notions telles la liberté, le bonheur, la paix, l’amitié, la réussite, l’Autre, la différence, l’histoire, la violence, le pouvoir, les héros… Ces ateliers permettront aux enfants de réfléchir ensemble en « communauté de recherche », à diverses notions, permettant alors de répondre à la place qu’ils et elles désirent avoir dans notre société. Aussi, ces ateliers répondent à différents objectifs :

  • L’épanouissement et l’estime de soi
  • Apprendre à penser par soi-même et au sein d’un collectif
  • L’ouverture aux autres
  • Penser de manière autonome
  • Développement de l’esprit critique et respectueux
  • Apprendre à débattre ensemble
  • Apprendre à distinguer et à donner du sens

A partir des émotions, des rêves, des expériences vécues de chacun et des réflexions par rapport à une notion, les intervenant-e-s (au moins un intervenant-e diplômé de philosophie) inviteront les enfants à débattre ensemble afin d’apprendre à distinguer, à donner du sens à ce qu’ils ressentent et au monde qui les entoure.